L’ogre aux dents de lait

18,00

Ne nous égarons pas, ce livre ne nous parle que des choses de la vie : la quête d’amour, la fragilité des jours, l’incertitude mortelle…

Anne PERRY-BOUQUET

Catégories : , Étiquette :

Description

Avec Madame Palmyre, deux fois veuve et en conversation permanente et unique avec les murs de sa maison au sujet de blanquette de veau, par exemple. Avec la bienheureuse Apolline dont le frigo s’appelle Gugumus et le lit jasmin. Chez elle, c’est Arthur qui la jasmine et l’ange qui fait la vaisselle mais seulement quand l’envie lui prend. Elle l’avoue elle-même, sa vie a un côté décousu… Avec Carmina, jeune veuve qui, au sortir de sa douche, rencontre le beau Grégorio, tueur selon lui de sa mère. Fichée La Bas, elle acquière la certitude qu’elle aussi est dans le coup, avec lui, pour toujours ou pour l’Acte cinq. Avec Victoire, vendeuse « tout terrain » : même le dimanche soir et bien avant qu’Antonio n’arrive avec son sourire d’ogre aux dents de lait. Mais quand la Bidoune s’est fourrée dans ses pattes, à Orly, elle pensa à la Lulu de Sabregnolles-les-bas-Puits.
Cette fois, Anne Perry-Bouquet y va par quatre chemins pour nous emmener dans son univers quelque peu… décalé.

Informations complémentaires

Poids 1 kg
Dimensions 1 × 145 × 220 cm
Nombre de page

182

ISBN

978-2-35763-032-1

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’ogre aux dents de lait”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…

  • Littérature , Livres

    Ma ville brûle

    Ce roman, pour une bonne part autobiographique, se veut aussi un hommage à ceux qui, malgré tout, vivent et exercent en ces lieux.
    PRIX VICTOR HUGO 2017

    Anne-Marie Mansuy

  • Littérature , Livres

    Mais n’oubliez jamais

    Extraits Ton visage s’estompe Dans les larmes De mon souvenir Toucher du coin de l’œil Un doux sourire Qui s’enfuit d’un visage Toucher du coin du cœur Un peu d’amour Qui coule d’un visage Toucher du bout des doigts Un peu de vie Qui s’éteint d’un visage Te chercher Toujours…
    Martine Huot-Marchand

  • Littérature , Roman

    Tout ça m’dépasse

    J’ai tiré une photo . C’était lui. A côté d’elle. En mariés. Un grand costaud. Une petite môme déguisée en jour de fête. Des fleurs, sur un guéridon. J’ai dit : « Vous êtes très beaux tous les deux. Vous êtes tout jeunes. Vous avez eu des enfants ?» Elle a pris la photo, lui a tiré la langue, l’a …

  • Littérature , Roman

    La cage des mots

    – Qu’est-ce qui te rendrait heureux, Blandino ?
    – Vraiment heureux ? Qu’après, je demanderais rien d’autre ?
    – Oui.
    – Je voudrais être beau, Madame Bertille. Je crois que je saurais être beau. (Ravaillac)

    Anne PERRY-BOUQUET