Un thé aux oudayas

18,00

Extrait : « … Victor prend le train de nuit Paris-Marseille, dix heures interminables en fauteuil incliné, sans pouvoir dormir, surexcité par l’enjeu du voyage. Au port, l’attente se prolonge avant d’embarquer sur l’Abd-el-Kader, paque­bot de la Compagnie Générale Transatlantique qui appareille tous les jeudis vers l’Afrique du Nord. « Vendredi 20 mars, 9 heures 30, sur le bateau. Ma petite chérie, les couchettes de deuxième classe sont étroites, le confort de la cabine un peu spartiate, mais je m’en accommode fort bien. Mes compagnons de table sont des Lyonnais qui vont voir leur fils propriétaire d’un salon de coiffure. Il paraît qu’un dé­puté et sa secrétaire (secrétaire, hum !) voyagent en première classe, ainsi qu’une comtesse, veuve richissime en quête de résidence se­condaire en Algérie. J’ai discuté avec un couple de jeunes paysans du Bordelais décidés à cultiver ailleurs. Ils ont obtenu facilement quelques hectares pour y planter des vignes, assurés par les autorités de trouver sur place une main-d’œuvre nombreuse et bon marché. Nous arrivons demain matin. Je t’écrirai dès mon installation chez Jean. Je t’embrasse tendrement. … »

Marie-José Chavenon

Catégories : , , Étiquette :

Description

1887. Un couple de Parisiens, Henriette et Victor, s’installe à Oran pour y ouvrir une pharmacie. C’est le point de départ d’une saga familiale dont la descendance va vivre d’abord en Algérie, puis plus tard au Maroc. L’auteure situe l’intrigue dans un Maghreb colonial où la douceur de vivre n’occulte pas la montée des nationalismes, avec les problèmes soulevés par l’accession à l’Indépendance. Dans ce roman historique, bercé par le vent brûlant venu du Sahara, les destins s’entrecroisent au cœur d’Oran, de la Casbah d’Alger, et de Rabat où le Jardin des Oudayas rayonne au sommet de la ville blanche et ocre…

Informations complémentaires

Poids 1 kg
Dimensions 1 × 140 × 215 cm
ISBN

978-2-35763-071-0

Nombre de page

182

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Un thé aux oudayas”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…

  • Littérature , Livres

    Débarquer

    “Le bateau est un monde en soi, reclus. L’instruction, la culture, autant de luxes qui ne nous arrivaient, nous gens d’à-bord que par bribes. Le grand-père Kléber t’avait envoyé à l’école communale à chaque fois que le bateau avait été immobilisé. Tu étais toujours de passage, trop grand par rapport aux autres, ignorant de leurs rites. Tu te bagarrais souvent …

  • Littérature , Livres

    Chimères d’automne

    extrait : « Ils cheminaient en silence sur le chemin de terre qui mène au prieuré, s’arrêtèrent un moment devant l’étang aux eaux sombres et se séparèrent. Ils appartenaient à la même communauté, portaient le même habit en toile rêche, les mêmes sandales éculées. Ils auraient dû se ressembler, mais l’un, petit et grassouillet, vivait sa foi au sein du …

  • Littérature , Livres

    Et comme un oiseau à sa fenêtre, la guerre

    Anne Laurent conserve un ancrage
    dans sa terre natale des Hautes-Vosges qui est une
    de ses sources d’inspiration.

  • Littérature , Livres

    Printemps de givre

    Extrait : « Il reste encore quelques lumières. Vacillantes à mesure que la nuit s’avance. Partout, jusqu’au plafond, autour des lustres, brouillant les visages, la fumée de cigarette. Quatre heures du matin approche, mais la salle de jeu du Royal ne désemplit pas. Un mélange équivoque. Russes. Faux princes, vrais princes. Koulaks. Espions allemands. Escrocs. Perdues dans le nombre, prostituées …