Débarquer

16,00

“Le bateau est un monde en soi, reclus. L’instruction, la culture, autant de luxes qui ne nous arrivaient, nous gens d’à-bord que par bribes. Le grand-père Kléber t’avait envoyé à l’école communale à chaque fois que le bateau avait été immobilisé. Tu étais toujours de passage, trop grand par rapport aux autres, ignorant de leurs rites. Tu te bagarrais souvent et les instituteurs disaient “C’est un petit dur…” À treize ans, tu conduisais le bateau de ton père, tu aurais aimé que tes anciens camarades te voient, debout devant le macaron, commandant à un monstre de tôle long comme quatre salles de classe”.
Eve Chambrot

Catégories : , , Étiquette :

Description

Puis le temps a suivi son cours… au fil de l’eau… et, bien des années plus tard, la vitesse s’est imposée, le fret est passé sur le bitume ; il t’a fallu débarquer et emporter les souvenirs d’une vie passée à flotter hors du temps. Aujourd’hui, les péniches ont pratiquement disparu des canaux ombragés, emportant aussi dans leur sillage les rêves de ceux d’à-terre.

Informations complémentaires

Poids 200 kg
Nombre de page

104

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Débarquer”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…

  • Littérature , Roman

    La dame de Vezelise

    L’insouciance et la gaieté servent de tisane aux maux et permettent à chacun de dominer le doute, de faire de leurs propres expériences la pâte d’un futur possible, sinon heureux et de penser que la vie est belle. Alors chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il est. Il faut bien passer les étapes qui conduisent à la fin, conçue …

  • Biographie et témoignage , Livres

    Les Macaronis

    “Né dans les années 50, je suis un Macaroni pur jus qui transpire encore la sueur des mineurs, le courage des partisans, la folie des fascistes et le réveil fabuleux des consciences. Je suis le petit enfant loup des dernières guerres et le témoin absurde d’un univers qui désormais s’écroule…”

    Jeff Gelli

  • Littérature , Livres

    Printemps de givre

    Extrait : « Il reste encore quelques lumières. Vacillantes à mesure que la nuit s’avance. Partout, jusqu’au plafond, autour des lustres, brouillant les visages, la fumée de cigarette. Quatre heures du matin approche, mais la salle de jeu du Royal ne désemplit pas. Un mélange équivoque. Russes. Faux princes, vrais princes. Koulaks. Espions allemands. Escrocs. Perdues dans le nombre, prostituées …

  • Littérature , Livres

    Un thé aux oudayas

    Extrait : « … Victor prend le train de nuit Paris-Marseille, dix heures interminables en fauteuil incliné, sans pouvoir dormir, surexcité par l’enjeu du voyage. Au port, l’attente se prolonge avant d’embarquer sur l’Abd-el-Kader, paque­bot de la Compagnie Générale Transatlantique qui appareille tous les jeudis vers l’Afrique du Nord. « Vendredi 20 mars, 9 heures 30, sur le bateau. Ma …