Golgotha’s blues

15,00

La vie ne va pas toujours droit. A la fin surtout. Il se peut que cela veuille dire quelque chose. Qu’elle tente d’expurger trop de lourdeurs. Qu’elle cherche à s’alléger, qu’elle essaye de prendre un dernier essor. Ou juste un peu de hauteur. Un peu de distance. Insensiblement elle y parvient. Elle se ramifie, louvoie, serpente et finit peu à peu en ruissellements achevant de noyer les certitudes.
Rien n’est plus comme avant. Tout semble se dissoudre. Ma mère, je ne te reconnais plus. Je te cherche au creux d’improbables méandres. Je te perds, je te retrouve. Nous nous quittons sans arrêt.
A force de trébuchements se fit un équilibre, s’installa un semblant de douceur. Peut-être de l’amour. Il restait encore un peu de chemin. Nous le fîmes ensemble, dépouillées des paroles inutiles, seules, apaisées. Tu m’apparus alors magnifique et grandiose.

Catégories : , ,

Informations complémentaires

Poids 0.200 kg
Dimensions 14 × 20.5 cm
ISBN

9782357631571

Nombre de page

80

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Golgotha’s blues”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…

  • Littérature , Récit

    Un arbre couleur pourpre

    Comment se laisser apprivoiser par un arbre ?

    Rémi Caritey

  • Littérature , Livres

    Mais n’oubliez jamais

    Extraits Ton visage s’estompe Dans les larmes De mon souvenir Toucher du coin de l’œil Un doux sourire Qui s’enfuit d’un visage Toucher du coin du cœur Un peu d’amour Qui coule d’un visage Toucher du bout des doigts Un peu de vie Qui s’éteint d’un visage Te chercher Toujours…
    Martine Huot-Marchand

  • Littérature , Livres

    GRAIN DE SEL

    Le temps
    Le temps roule sans crier gare
    Je le vois filer à toute allure
    Dans un long sifflement d’usure
    Sur le rail de nulle part
    Il est plein de visages écrasés
    Contre les vitres embrasées
    De soleils couchants et d’aurores
    Il traverse les pays et les saisons
    Laissant vides derrière lui les maisons
    Peu m’importe moi qui suis mort.

  • Littérature , Livres

    Printemps de givre

    Extrait : « Il reste encore quelques lumières. Vacillantes à mesure que la nuit s’avance. Partout, jusqu’au plafond, autour des lustres, brouillant les visages, la fumée de cigarette. Quatre heures du matin approche, mais la salle de jeu du Royal ne désemplit pas. Un mélange équivoque. Russes. Faux princes, vrais princes. Koulaks. Espions allemands. Escrocs. Perdues dans le nombre, prostituées …